Révéler une identité culturelle, du patrimoine artistique à la réalisation d’un espace d’échange au sein du collège !

publié le 01 juin 2017

Projet Interdisciplinaire dans le cadre d’un CDDC: Arts plastiques, Maths, Français, Champs professionnel « habitat » pour les élèves de Segpa

Elèves : une classe de 3° générale et 8 élèves de 3° Segpa

Ce parcours artistique et culturel interdisciplinaire a permis de révéler l’identité culturelle de notre collège, œuvres à l’appui : deux sculptures dénommées « Cocottes » financées dans le cadre du 1% artistique dans les années 1990 et qui étaient un peu à l’abandon au sein du collège. Personne n’en connaissait l’origine, pourquoi cette dénomination de « COCOTTES » ?

Ce projet a permis aux élèves de faire des recherches sur le sculpteur, de faire le lien avec l’écrivain Henry de Montherlant qui a donné son nom à notre collège et de créer un espace d’échange et de convivialité autour des deux sculptures en forme de cocottes.

La recherche des élèves est allée au-delà de l’histoire de l’Art car elle a détaillé le contexte économique, social et culturel de l’époque d’Henry de Montherlant : les deux guerres mondiales, la culture du secret et la condition sociale de ces femmes de l’époque appelées « cocottes ».

A travers la réalisation de cet aménagement, les élèves du collège et de la Segpa ont appris à réaliser un plan à l’échelle, à prendre des mesures, à faire des maquettes en art plastique et à concevoir ensemble la réalisation de chaises et fauteuils en bois recyclé pour la plus grande fierté des élèves de Segpa !

Ce type de parcours artistique et culturel permet de construire des personnalités respectueuses de l’Histoire et surtout capables de s’interroger sur leur environnement, sur la culture et l’Art. Il permet en outre de développer chez nos élèves un sentiment d’appartenance, de les rendre curieux, de les aider à s’approprier leur collège pour mieux le respecter. Merci à toute l’équipe d’enseignants, aux élèves, à la fondation Francès pour la qualité de ses interventions et au Conseil départemental pour le partenariat dans le cadre d’un CDDC.

La principale, A.RONDOT