La culture à proximité

Henry de Montherlant est connu pour quelques œuvres mémorables et pour avoir beaucoup voyagé. Le collège a hérité de lui la spécificité d’organiser de nombreux voyages scolaires à l’année.

Et on y découvre son empreinte à travers les Cocottes, ces sculptures méconnues des élèves devant lesquelles on passe tous les jours. Elles ont été conçues dans les années 1980 par Sylvie Thémereau et François-Xavier Faure.

C’est pour cela que le revêtement s’écaille et qu’il faut les surveiller.

Elles représentent des cocottes en papier, bien que grandeur nature et en brique.

Mais vis-à-vis d’Henry de Montherlant elles sont le reflets de sa pensée envers les femmes : ils les trouvaient sottes et leurs préféraient la gente masculine. Et bien qu’il en soit ainsi, il eut tout de même des relations amicales avec quelques femmes, notamment Mariette Lydis qui illustra Les jeunes filles.

1% ARTISTIQUE

QU’EST CE QUE LE 1% ARTISTIQUE ?

La commande publique d’une œuvre d’art, répond à une procédure de commande créée en 1951, modernisée au fil du temps et communément appelée « 1% artistique ». Cette obligation de décoration des constructions publiques a pour objet de contribuer à l’enrichissement du patrimoine national et du cadre de vie mais permet aussi la diffusion d’œuvres d’art en dehors des seules institutions spécialisées dans le domaine de l’art contemporain.

LE 1% EN FRANCE

En France, depuis 1951, la commande publique a permis de financer environ 12 500 œuvres. Malheureusement ces œuvres restent souvent isolées, méconnues.
Par exemple, en Picardie, territoire où nous sommes établis, le 1% artistique représente 47 œuvres (source DRAC), réparties sur 42 sites (7 dans l’Aisne, 18 dans l’Oise, 17 dans la Somme). Ces œuvres méritent d’être revues, réétudiées, revalorisées aux yeux des publics.